FONDS D'INVESTISSEMENT DANS LE FOOTBALL II



Dans l'article précédent, j'ai montré ma méfiance à l'égard de ces pratiques telles qu'elles sont pratiquées actuellement. Mais cela ne veut pas dire qu'il est radicalement contre ou qu'il cesse de reconnaître qu'il pourrait en être autrement et qu'ils pourraient être utiles et remplir une mission d'aide facilitant un autre type d'opérations financières dans le monde compliqué des transferts internationaux. Nous allons approfondir certains aspects importants qui nous aideront à mieux comprendre le comment et le pourquoi de cette question.


La première chose à faire est de connaître la différence entre les droits fédératifs et économiques d'un joueur inscrit dans un club. Les premiers sont toujours issus du club et les économiques le sont dans la mesure où le club est en mesure de les garder sous contrôle, ce qui n'est pas toujours le cas. Esta es una de las cuestiones claves del problema porque a medida que un club pierde control de la parte económica de los derechos de un jugador en favor de un tercero comienza la dependencia de ese tercero a causa del dinero invertido por este en el jugador o en le club. Et les instances dirigeantes n'aiment pas du tout cela car elles comprennent que c'est contraire à la politique de fair-play financier et d'équilibre budgétaire qu'elles veulent mettre en œuvre dans les clubs.


Ils comprennent que cela permet et facilite l'endettement excessif, affaiblit la capacité de décision des clubs et met entre les mains de tiers une capacité d'influence et de décision qu'ils ne peuvent contrôler et qu'ils considèrent comme étrangère au monde du football. C'est bien raisonné, mais il est très difficile de ne pas reconnaître que derrière cela il y a l'inquiétude et la peur de la perte prévisible de pouvoir que lui causerait cette façon d'agir. Car il y a aussi du fait du pouvoir excessif des Agents (top) des joueurs qui peuvent entraver la nécessaire fluidité, transparence et capillarité d'un marché difficile, opaque et voyou comme celui des transferts de footballeurs. Il est compréhensible que l'inquiétude et la peur se déclenchent lorsque les causes agissent ensemble et ajoutent des moyens et de l'influence. Là commence un gros problème.


La première et la dernière cause est, comme presque toujours, l'argent. Mais pas l'argent que le fonds d'investissement met pour gagner les dividendes correspondants, mais l'argent que le club vendeur veut gagner en "retenant" le footballeur le plus longtemps possible, l'argent que le footballeur veut commencer à gagner le plus tôt possible que possible et le club acheteur veut économiser de l'argent en s'entendant avec les gestionnaires de fonds. La situation générale du football sur le marché correspondant contribue beaucoup à tout cela et ce n'est pas un hasard si ces fonds ont prospéré notamment au Portugal et en Espagne, où la législation protège, protège et facilite une opération opaque, spéciale et légère en termes de fiscalité. , obligations financières et de travail des clubs. Aussi dans strictement le football. Il faut reconnaître que quelque chose est en train de changer et qu'il y a plus de rigueur et d'exigence dans ce dossier. C'est là que la question des fonds ne rentre pas et où les alarmes ont été réglées pour les interdire ou les rediriger de manière appropriée et en fonction des temps nouveaux.


À mon avis, il y a deux autres facteurs très importants à noter pour comprendre le phénomène dans sa juste mesure. D'une part, il faut définir clairement à quel point le football est spécial et jusqu'où doit aller sa particularité. S'il doit avoir des aspects spécifiques (juridiction ordinaire ou sportive, obligations légales, responsabilités des managers authentiques et vrais et simulations pas facilement insaisissables) et intrinsèques à l'essence même du football qui sont mis en œuvre le plus tôt possible et que c'est pour le mieux . Par exemple, si les clubs peuvent utiliser ce type d'opération pour financer leurs contrats et transferts, pourquoi ne le devraient-ils pas? Si les petits, moyens et grands épargnants investissent leur argent dans toutes sortes d'actions, actifs financiers, plans de retraite et plans de prévoyance et d'épargne, assurances, etc., etc., pourquoi ne pourraient-ils pas le faire dans ces types d'actifs s'ils l'étaient bien défini? clair et transparent, avec une législation adéquate et avec un fonctionnement correct et contrôlé.? Le football est spécial, nous le savons déjà, mais il ne doit pas être si spécial qu'il ne profite pas correctement de ce qui, étant légal, le favorise et lui permet de résoudre ses problèmes et d'atteindre ses objectifs. Et cette question de fonds, bien gérée, pourrait y contribuer, mais pour l'instant il y a de l'opacité et des bénéfices pour quelques-uns qui vaquent à leurs occupations, laissant des traces inquiétantes.


D'un autre côté, il convient de ne pas se tromper et de cesser de reconnaître que la question est complexe, difficile, englobe les différents acteurs de ce grand théâtre qu'est le football et touche leur ego et leur portefeuille de différentes manières, affectant leur capacité de décision. . et influence dans un monde plein de vanités, de proéminence et de couvertures. En fin de compte, il est très difficile d'éviter que la politique de transfert désastreuse d'un club mène à la ruine si ses présidents au fil des décennies se décomposent et si ce que les fans veulent, ce sont des buts et des titres sans se soucier de rien d'autre. ... … Ou qu'un autre club vit au-dessus de ses moyens pendant de nombreuses années, bien que cela signifie la faillite ou la disparition de l'entité. Les divisions inférieures sont pleines de cas comme celui-ci, bien que personne ne veuille le remarquer. La politique qui semble prévaloir est… .. "la dernière à éteindre la lumière.".


Au final, nous arrivons à d'autres types de questions qui sont au cœur de tout cela, telles que:


Pourquoi payez-vous autant d'argent pour un footballeur dans les «meilleurs» transferts? Et vous êtes-vous arrêté pour penser, gentil lecteur, que presque tout l'argent est pour et pour payer le footballeur en service (comme il se doit, même si je ne sais pas si tant que cela) qui doit répondre à d'énormes attentes rarement satisfaites ?…. De toute façon, si les fonds heureux servent à améliorer tout cela, ils arrivent dans la bonne forme et le plus tôt possible… .. mais c'est vraiment pour le mieux.


Auteur: Eduardo Silva

Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour améliorer l'expérience utilisateur grâce à la navigation. Si vous continuez à naviguer, vous acceptez son utilisation.